Cargando...

lunes, 24 de octubre de 2011

Contributions


Comme nous l’avions annoncé lors de notre Présentation, «créer ce blog signifie également dialoguer. C'est pour cette raison que nous inclurons des collaborations d'autres auteurs qui, à travers ces notes sur l'archéologie et la diplomatie, illustrent notre seule intention: susciter en permanence un intérêt croissant envers l'Equateur».

EMMANUELLE SINARDET:

-La mort sacrificielle : « Guásinton » (1938) de l’Equatorien José de la Cuadra

-Violence et désintégration de la personnalité dans Huasipungo de Jorge Icaza (1934)

-Désir féminin et passivité dans « Barraquera » (1932) de José de la Cuadra

-Du rapt fondateur au viol destructeur: les figures du viol dans Los Sangurimas de José de la Cuadra

-La mémoire exaltée dans El Cuento de la Patria (1967) de Benjamín Carrión : L´histoire revisitée d´une équatorianité joyeuse

-La satire, arme contre la barbarie équatorienne : Las Catilinarias de Juan Montalvo

-Figures populaires et formes savantes : la quête de l´équatorianité dans El éxodo de Yangana d´Ángel Felicísimo Rojas

-La preocupación higienista en la educación

-Révolution julienne (juillet 1925 - août 1931)

-Rêves de couples, cauchemar du couple : L´incommunication dans la nouvelle féminine équatorienne contemporaine

-Paris, mythe poétique équatorien : "Desde la capital de los MalGenioS" (2000) de Telmo Herrera


Dolores Cacuango et Tránsito Amaguaña ou le combat pour la dignité humaine, la terre et l'éducation bilingue en Équateur

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada