Cargando...

lunes, 12 de abril de 2010

Présentation


A travers la création de ce blog, nous souhaitons réaliser une modeste contribution à une meilleure connaissance de notre pays, l'Equateur. Chacun dans notre domaine, l'archéologie et la diplomatie.

Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, la révolution technologique actuelle nous permet de publier directement nos recherches, être lus dans les langues de notre choix (ici, l'espagnol et le français) et, finalement, entrer en contact avec les lecteurs. "Ma double identité est pour moi comme les deux yeux: ils me font mieux voir". Cette double identité culturelle correspond à notre profonde identification avec la langue française, qui reste un outil essentiel dans la diffusion de la culture équatorienne. Le lecteur ne sera donc pas surpris de trouver ici plusieurs textes dans cette langue accompagnant nos études (2).

La diplomatie et l'archéologie sont deux disciplines qui semblent éloignées l'une de l'autre ; pourtant, elles ont des points de rencontre. Ainsi, nombreux sont les exemples de diplomates qui ont participé aux débuts de l'archéologie en tant que science, en qualité d’amateurs aussi. Les missions archéologiques étrangères qui ont travaillé dans notre pays sont entrées par la voie diplomatique (Allemagne, Espagne, Etats-Unis, France,...). De même, dans l'actualité, c’est à travers les Ministères des Affaires Etrangères que se fait la récupération de pièces archéologiques issues de trafics illégaux. D'autre part, la diplomatie est un moyen de faire connaître notre identité à l'étranger, et l'archéologie, une composante essentielle dans la définition de ce que nous sommes. Bien que dans notre pays, la diplomatie en tant qu'institution soit née en 1830, la notion de représentation officielle existait déjà bien avant, et elle peut également être étudiée d'un point de vue archéologique. Par ailleurs, le travail de l'archéologue se rapproche de celui du diplomate, car le chercheur est lui aussi un « ambassadeur » de la science et du patrimoine (Voir l'interview "L'Archéologie est la lettre 'A' de l'alphabet culturel").

Créer ce blog signifie également dialoguer. C'est pour cette raison que nous inclurons des collaborations d'autres auteurs qui, à travers ces notes sur l'archéologie et la diplomatie, illustrent notre seule intention: susciter en permanence un intérêt croissant envers l'Equateur.

Catherine LARA
ARCHÉOLOGUE

Claude LARA BROZZESI
DIPLOMATE (3)

(1) Edgar MORIN. Mon chemin. Entretiens avec Djénane Kareb Tager. París, Fayard ; p. 115.

(2) Voir section "articles en français" ci-contre

(3) Ces livres et articles reflètent les opinions personnelles de l'auteur et ne compromettent aucunement le Ministère des Affaires Étrangères Équatorien.

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada